2 réponses ..., Un commentaire ?

  1. Bruno dit:

    Courage les amis ! Avec la mobilisation vient la victoire. En 1986 nous avions gagné contre le gouvernement qui s’était rétracté et avait finalement abandonné le projet de loi Devaquet*.
    Cette hiver là et le suivant avaient été très froid et les manifestations et l’affrontement avait eu lieu en plein froid.
    Il avait fallut resté solide face aux motard voltigeurs de Pasqua, en contrant les nationaliste d’ASSAS* qui faisaient parti du GUD*. On leur a mis le feu et le tarif !
    Je ne suis pas du tout heureux d’avoir assisté à ça, il y avait eu des blessés et un mort, Malik Oussekine. On a souffert, on a eu très peur, mais on a tenu. Alors ne prenez la suite, marquez de deuxième essai, faites en sorte que nous ne nous soyons pas battus pour rien à ce moment là !
    Avec la détermination on arrive à tout face à un gouvernement quel qu’il soit, mais il faut se mobiliser. Embarquez avec vous les universitaires et les profs, greffez vous sur les autres mouvements sociaux.
    Mais quoi qu’il arrive le moteur ce sera vous.

  2. Franck dit:

    Merci, mais la plus grande difficulté, c’est que nous sommes effectivement un moteur en manque de carburant, si on peut dire ça comme ça…

    Le plus grand problème de la jeunesse: un besoin vitale de motivation. Sans motivation, la jeunesse n’est rien, et lorsque l’on voit la léthargie de nos ainés, on a du mal à croire que l’on arrivera à quelque chose… Mais heureusement, plus ça va, et plus la jeunesse est combative, alors je pense que d’ici quelques années, les gouvernements capitalistes ou de la gauche libérale auront du soucis à se faire…

    Bon courage à tous,

    un militant de toutes les luttes !

Répondre